Des chercheurs japonais développent un arbre à sushis

Des scientifiques Japonais ont réalisé tout un exploit dans le domaine de la génétique, en créant un arbre capable de produire une trentaine de variétés différentes de sushis.

Les chercheurs associés à l’Université d’Osaka et menés par le Professeur Michio Furukawa,  ont modifié l’ADN d’un manguier nain pour y ajouter des marqueurs génétiques provenant du saumon, du thon, de la crevette, de l’avocat, de l’algue nori, et même de la sauce wasabi et du fromage Philadelphia.

Après des années de travail, ils ont réussi à créer un arbre qu’ils ont appelé le sushier, qui serait capable de produire près de 200 sushis par an.

« Quand ils sont mûrs, les sushis sont bien meilleurs que ce qu’on trouve dans la plupart des restaurants, » affirme le Professeur Furukawa. « Et comme on les fait pousser soi-même à la maison, ça coûte beaucoup moins cher! »

Les chercheurs affirment que leur sushier est déjà pleinement fonctionnel, mais ils veulent encore corriger certains problèmes avant de le commercialiser, notamment le fait que les nigiris et les sashimis mûriraient moins vite que les makis.

D’après les chercheurs, les premier sushiers devraient être mis en marché dès l’été 2018.

arbresushi3

Les analyses moléculaires ont révélé que les fruits du sushier seraient parfaitement comestibles et presque identique à des sushis de restaurant.

Le marché des sushis s’est fortement développé en Amérique du Nord au cours des dernières années et l’arrivée ce nouvel arbre inquiète déjà de nombreux restaurateurs.

Steve Chouinard, propriétaire d’Hochelaga Sushi, dénonce ce qu’il qualifie de « compétition pas juste pantoute », affirmant qu’il fait des sushis depuis presque trois ans et qu’il est injuste qu’un arbre vienne lui voler son emploi.

Même son de cloche au restaurant Sushi Chez Jeannine à Brossard, où la propriétaire, Yolande Poitras, affirme craindre que l’arrivée du sushier cause la perte de son commerce.

De nombreux consommateurs semblent attendre avec impatience l’arrivée de cette nouvelle plante sur le marché canadien, espérant que cela amènera une baisse du prix de ce mets japonais.

7 Comments on "Des chercheurs japonais développent un arbre à sushis"

  1. Stéphane Gratton | 15 janvier 2017 at 7:02 | Répondre

    Un article très drôle comme d’habitude! Mais pourrais-je vous demander de spécifier que vos articles sont des blagues à la fin, comme ca mes enfants vont etre moins mêlée après les avoir lus, merci!

  2. Alexandre Gaudreau | 16 janvier 2017 at 12:37 | Répondre

    Nul besoin de spécifier à la fin de chaque article de ce site que c’est une blague. Le nom du site web est fort énonciateur et c’est donc très implicite du fait même. Quelqu’un qui est assez dupe pour ce faire avoir si facilement mérite pratiquement de se faire avoir rendu là tant qu’à moi.

    • Surtout qu’il y a toujours des commentaires comme les tiens qui le disent clairement et malgré tout le monde vont lacher un commentaire, après, semblant penser que c’est sérieux… Faut faire exprès rendu là.

  3. tabarnak jaime ca moi les sushi miamaiamaiamaimaiamaiamaiamiamaiamaiamammmmm

  4. gros plein d'soup | 16 janvier 2017 at 2:57 | Répondre

    ben non mange pas ca cest plein d ogm t tu malade criss tu vas tempoisoner jtel dis moi mange pas ca !!!!!!!!!

  5. Ben calisse ça va faire beaucoup de plantes dans maison, les grosses crisses de plantes de ma blonde, ses fines herbes, mes plants de pots, pis là les souchié. En plus va falloir watcher le chat.
    Ça va sentir le crisse taleure.

    • Stéphane Gratton | 17 janvier 2017 at 7:25 |

      Éviter les mauvais mots et les refenrence à la drogue pour le bien des enfants. Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée