Des manifestants attaqués aux lance-flammes à Québec, 63 morts, 463 blessés

Les policiers de la ville de Québec (SPVQ) ont sorti l’artillerie lourde hier alors que quelques centaines de manifestants rassemblés jeudi soir devant l’Assemblée nationale auraient été attaqués aux lance-flammes, une situation « déplorable, mais inévitable » assure un porte-parole de la police de la ville de Québec. 

Comme les étudiants avaient annoncé leur intention de ne pas fournir l’itinéraire de la marche, les autorités n’ont démontré aucune patience et ont littéralement carbonisé une soixantaine de manifestants.

«Nos habits sont complètement blindés, aucun policier n’a été blessé, heureusement» confirme un agent de police présent sur les lieux du drame.

«J’avoue qu’on aurait pu être plus patients avec eux» admet tout de même l’agent Tremblay, aussi présents aux moments de l’altercation qui a duré moins de 60 secondes. «Mais on avait tous hâte d’aller écouter le match des Canadiens pis de boire une bière tranquille à la maison. Les étudiants, c’est comme de la mauvaise herbe, t’as beau les écraser, il y en a toujours plus à chaque année» nous a-t-il confié.

L’ajout de lance-flamme dans l’arsenal des policiers de la ville de Québec pourrait radicalement aider à réduire le nombre de manifestations et de manifestants, croient plusieurs experts.

1 Comment on "Des manifestants attaqués aux lance-flammes à Québec, 63 morts, 463 blessés"

  1. appeler au 418-228-4566 je cherche un homme

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée