Donald Trump menace de déployer Chuck Norris en Corée du Nord

Le ton monte de plus en plus entre les États-Unis et la Corée du Nord, alors que le Président Américain a menacé d’avoir recours à Chuck Norris si le régime de Pyongyang n’abandonne pas son programme d’armement nucléaire.

M. Trump a rencontré les médias ce matin, pour commenter la situation diplomatique tendue qui menace actuellement la péninsule Coréenne.

Après avoir dépêché un groupe aéronaval au large de la Corée la semaine dernière, le président Trump a évoqué pour la toute première fois, la possibilité d’avoir recours  l’arme suprême de l’arsenal militaire américain si Pyongyang ne renonçait pas à pratiquer de nouveaux essais nucléaires.

Interrogé sur sa position par rapport à un prochain essai nucléaire du régime Nord-Coréen, le président a adressé une menace claire et sans équivoque.

« Ils ont peut-être l’arme nucléaire, mais nous on a Chuck Norris! »

Cette menace a provoqué de nombreuses réactions sur la scène internationale, notamment en Europe, en Russie, au Japon et en Chine.

Plusieurs chefs d’État, comme le président chinois Xi Jinping, ont appelé au calme et affirmé que « rien ne peut justifier le recours à Chuck Norris ».

Chuck Norris fait partie de l’arsenal américain depuis 1981 et n’a été déployé qu’une seule fois. Il aurait alors fait plus de 2.6 millions de victimes en 27 jours d’opération, ne laissant derrière lui que mort et dévastation.

La dernière fois que Washington a eu recours à M. Norris est en 1988, quand il avait été déployé dans le nord de la Russie lors du « Grand débarquement de Chuck ».

168 000 soldats soviétiques étaient morts au combat en tentant de l’arrêter et 14 villes avaient été complètement rasées, précipitant la chute du bloc communiste.

Cette opération militaire est aujourd’hui connue en Russie comme « le Grand Massacre du nord-ouest », et de nombreux monuments à la mémoire des victimes sont érigées en Russie, en Ukraine, en Biélorussie, au Kazakhstan et dans les pays baltes.

Les traces du « Grand débarquement de Chuck » sont encore très visibles en Russie et dans les pays baltes. Ce champ de ruine est tout ce qu’il reste de la ville de Nesternikov, qui comptait plus de 350 000 habitants avant sa destruction par M. Norris en 1988.

Avec sa déclaration de ce matin, Donald Trump devient le premier président Américain depuis Ronald Reagan à se déclarer prêt à déployer Chuck Norris en cas de besoin.

Même le Président George W. Bush avait dit en 2002 qu’il considérait « plus humain d’utiliser 1000 bombes nucléaires qu’un seul Chuck Norris ».

Cette nouvelle déclaration du Président Trump signifie donc une importante escalade dans la crise qui oppose Washington à Pyongyang à propos du nucléaire.

Le régime nord-coréen avait réagi mardi au déploiement des navires américains en se disant « prêt pour la guerre », mais pourrait bien adopter un ton plus conciliant après cette nouvelle menace.

6 Comments on "Donald Trump menace de déployer Chuck Norris en Corée du Nord"

  1. faudrait qu’il passe par notre coline parlementaire en même temp…

  2. ma peux ete reussier a lecoel aek chuckl ses gerne le
    meieller gars du Quaibec

  3. Chuck Norris peut faire travailler un fonctionnaire

  4. Quand Chuck chie ca fait un tremblement de terre Puissance maximale

  5. Chuck Norris ne dort pas… il attend

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée