Il vend son rein et son pancréas pour venir en aide à Nathalie Normandeau

Un homme de Paspebiac a montré qu’il n’y a pas de limites à la générosité des Gaspésiens, en vendant son pancréas et un de ses reins pour pouvoir aider à financer la défense de l’ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau.

Normand Gignac, qui est âgé de 66 ans, affirme qu’il tenait absolument à faire un geste pour aider Madame Normandeau, et que c’est avec le plus grand plaisir qu’il s’est départi de ses organes.

« Cette pauvre femme-là est tellement dans la marde, il fallait que je fasse quelque chose! » explique-t-il.  « J’ai cherché des solutions, et j’ai vu sur internet que je pouvais vendre mes organes pour pas mal de cash. Je me suis dit qu’elle en avait assurément plus besoin que moi, alors je l’ai fait sans hésité! »

Son geste lui a permis de faire un chèque d’une valeur de 75 000$ à l’ex-politicienne, pour l’aider à payer ses avocats.

Des dons à la tonne

De nombreux autres Gaspésiens ont fait des dons de toutes sortes au cours des derniers jours pour venir en aide à Nathalie Normandeau, anciennement députée de Bonaventure.

Les organisateurs de la campagne d’aide auraient reçu plus de 75 tonnes de denrées non-périssables, 30 tonnes de vêtements, près de 5 tonnes de jouets et plus de 12,5 millions de dollars en argent.

normandeau2

L’organisation chargée de recueillir les dons a dû louer deux entrepôts pour pouvoir les stocker, démontrant la générosité des Gaspésiens à l’égard de leur ex-députée.

Nathalie Normandeau semble restée extrêmement populaire dans toute la Gaspésie, malgré son arrestation par l’UPAC en mars dernier, et les charges qui pèse sur elle.

Des accusations très sérieuses

Elle fait présentement face à sept chefs d’accusations criminelles en lien avec le financement illégal de partis politiques.

Elle est notamment accusée de complot, fraude, abus de confiance, corruption de fonctionnaires et utilisation de la charge publique pour obtenir des faveurs.

Si elle est reconnu coupable, elle pourrait écoper de jusqu’à 14 ans d’emprisonnement.

9 Comments on "Il vend son rein et son pancréas pour venir en aide à Nathalie Normandeau"

  1. Marchandisation du corps!

    • Cébeau Dmême | 13 juillet 2016 at 1:17 |

      N’exagérons rien. À peine quelques morceaux.

    • Gaetan Lebeau | 13 juillet 2016 at 8:06 |

      Enfermez-la à Fermont, dans le trou à marde!!

    • Thérèse harrisson | 11 février 2017 at 5:21 |

      Ont es rendu ou dans la vie avec tout ça tellement déplorable pendant qui en à qui attendre des greffes pour leur sauvés la vie Horreur elle à jouer avec le feu alors qu’elle se brûle je n’en revient pas ça mérite réflexion que dieux es pitié de leurs âmes cette belle gang là. ???

  2. Ho! Hé! Nous savons très bien que les Libéraux ne laisseront pas tomber leur mascotte. Elle sera exonérée de tout blâme, fera un bon p’tit cash sur le dos de ses électeurs et pourra ouvrir un dépanneur bric-à-brac dans son compté. Ainsi elle sera bien vue en supportant heu… en combattant la pauvreté dans son coin de pays. Son magasin s’appellera « Amen Toncash » – en l’honneur du célèbre amérindien Toncash assassiner en 1687 par des colons français » nous dit-elle. (bien entendu, c’est à ceux qui ont fait des dons que le magasin général s’adresse…)

    • Hymen Large | 6 juillet 2016 at 4:26 |

      Elle gardera tous les dons en nature, genre danse à 5 par les Chic N Swell – non les chippendales, ainsi que les jouets de nature sexuelle. « Je ne peux pas vendre cela, la population risquerait d’augmenter trop rapidement. » avoue t-elle. « Ce n’est pas la vision du parti Libéral de voir les québécois de souche augmenter plus rapidement que l’immigration. » Nous confie t-elle…

  3. je pense qu elle aurait qu a payer pour la fraude qu elle as commise la vache

  4. Mettpns qu’elle es reconnu coupable … les innocents qui ont envoyé des dons pour lui payer de bons avocats … ILS VONT AVOIR AVOIR FOU EN COBOLE

  5. ses ridicule encourager des gent mal honnête

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée