Perquisition de l’UPAC dans les bureaux de l’UPAC

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a effectué une perquisition dans ses propres bureaux ce matin, en lien avec les révélations de Guy Ouellette et Annie Trudel sur de possible liens de collusion avec l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Une quarantaine d’enquêteurs spécialisés de l’UPAC se sont présenté vers 11h00 à leurs propres bureaux sur l’avenue Pierre-Dupuy à Montréal, afin de chercher de possibles documents incriminants lié à un système de pot-de-vins décrit par Madame Trudel.

Des dizaines de caisses de documents et du matériel informatique ont été saisis et transportés dans d’autres pièces du même bâtiment.

Le commissaire en charge de l’UPAC, Robert Lafrenière, affirme que l’organisation a entreprise ces perquisitions afin de démontrer « sa transparence et sa bonne volonté ».

D’après lui, l’UPAC n’est aucunement discréditée par les allégations de Madame Trudel et a toute la crédibilité nécessaire pour enquêter sur elle-même.

« Nous sommes des experts pour détecter la corruption, alors on va regarder nos documents et après on va vous dire si on est corrompu ou pas. Je suis pas mal certain qu’on va rien trouver. »  

M. Lafrenière affirme que malgré l’apparence de conflit d’intérêt, son unité est « clairement la plus compétente » pour effectuer ce genre d’enquête.

« On a recruté dans tous les corps policiers. À peu près tous les policiers de la province qui sont capables de compter sans leurs doigts, on les a ramassé. »

Le commissaire de l’UPAC assure que l’enquête sera faite « avec professionalisme et objectivité », mais dit croire que l’enquête devraient innocenter son unité avant la fin de la semaine.

Le commissaire Robert Lafrenière affirme que l’UPAC a toute la légitimité pour enquêter sur elle-même, par rapport avec de possible liens de collusion avec l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et une firme de consultants privés.

L’ancienne analyste du ministère des Transports Annie Trudel a affirmé dans une entrevue que le député Guy Ouellette s’apprêtait à faire des révélations sur des liens problématiques entre l’UPAC, l’AMF et une firme de consultants privés lorsqu’il a été arrêté la semaine dernière.

Guy Ouellette a été arrêté par une équipe spéciale d’enquêteurs de six corps policiers, appuyés par une équipe de filature de Revenu Québec, dans le cadre d’une enquête sur la fuite de documents confidentiels.

Le député ne fait face à aucune accusation dans cette affaire mais l’enquête serait toujours en cours.

D’après Annie Trudel, le stratagème douteux aurait permis à une firme de consultants privés liées à l’UPAC et l’AMF, d’extorquer plus d’un millions de dollars à une entreprise et 600 000$ à une seconde.

L’AMF a nié catégoriquement les allégations de Mme Trudel ce matin.

Be the first to comment on "Perquisition de l’UPAC dans les bureaux de l’UPAC"

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée