Un cadre de Quebecor renvoyé parce qu’il aurait le « sens de l’humour »

La direction de Quebecor Media a annoncé ce matin, la mise à pied de l’un des hauts dirigeants de l’entreprise, sous prétexte qu’il aurait caché le fait qu’il possédait un sens de l’humour.

Vice-président des opérations depuis 2009 et employé chez Quebecor depuis 1998, Simon Tremblay aurait été surpris à rire sur son lieu de travail, ce qui est pourtant strictement interdit par la politique de l’entreprise.

Moins d’une heure après les faits, il aurait appris qu’il était renvoyé et qu’il devait quitter définitivement l’établissement avant la fin de la journée.

M. Tremblay affirme qu’il s’agit simplement d’un malentendu, et assure qu’il ne possède aucun sens de l’humour. Il compte d’ailleurs contester son licenciement devant la cour s’il ne parvient pas à s’entendre avec son ancien employeur.

« Je ne riais même pas à cause d’une blague ou de quoi que ce soit de drôle, » a-t-il affirmé aux journalistes. « Ma femme m’a envoyé un message un peu coquin, et j’ai ri car ça m’a gêné. Je vous jure que je n’ai aucun sens de l’humour, et que je ne mérite pas d’être renvoyé. C’est vraiment abusif! »

Quebecor s’est pour l’instant refusé à tout commentaire, affirmant simplement que le renvoi de M. Tremblay était basé sur des politiques internes de l’entreprise.

quebecorbureau

Afin de favoriser le respect des règles anti-humour, les bureaux de Quebecor Media ont été scientifiquement conçus pour éviter toute distraction aux employés durant leur quart de travail. Malgré cela, une dizaine d’employés sont mis à pied chaque année pour avoir affiché un sens de l’humour.

La politique de Quebecor Media face à l’humour et au rire est reconnue comme l’une des plus sévères au pays.

La compagnie a bloqué non seulement l’accès à tous les sites ayant un contenu humoristique, mais elle a aussi instauré des fouilles corporelles exhaustives obligatoires à l’entrée de chacun de leurs immeubles pour s’assurer qu’aucun objet pouvant être considéré drôle ne pénètre dans leurs locaux.

Malgré cela, M. Tremblay reste confiant d’arriver à régler son différend avec son ancien employeur sans avoir recours aux tribunaux, et de pouvoir retrouver son emploi.

10 Comments on "Un cadre de Quebecor renvoyé parce qu’il aurait le « sens de l’humour »"

  1. Je ne vais pas en rire car j’aurais peur de me faire renvoyer. Moi aussi je travaille chez Québécor! Je ne connaissais pas cette politique interne! *Déçue!

  2. Et que dire de la colonie de chatons griffés de l’ile d’Anticosti menacée par l’exploitation pétrolière.

  3. Jacqueline Tremblay | 14 juillet 2016 at 1:09 | Répondre

    Ben voyons donc !! Ça pas de bon sens ils vont beaucoup trop loin !!!!! Grrrrr

  4. Moi ils m’avaient pris à rire mais j’ai juste eu une suspension d’une semaine. Peut-être parce que je suis syndiqué ils sont plus faciles.

  5. voyon donc pis si tas un problem de gaz pi tu fait un pete sauce i ce passe quoi?

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée