Lutte au décrochage scolaire: la CAQ veut interdire le prénom « Steven »

Le nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec a dévoilé ce matin le premier élément de sa politique visant à diminuer le décrochage scolaire: l’interdiction totale et définitive du prénom Steven. 

Accompagné du Premier ministre François Legault, le ministre québécois de l’Éducation, Jean-François Roberge a annoncé le lancement d’un projet pilote visant à interdire aux nouveaux parents d’appeler leurs enfants Steven à partir du mois de Janvier 2019.

Cette mesure viserait à augmenter le taux de diplomations des étudiants québécois qui est en ce moment le plus bas au Canada.

D’après le ministre Roberge, il s’agit d’une mesure essentielle qui aurait dû être prise il y a des décennies.

« Juste le fait d’enlever les Steven des statistiques nous ramène déjà au niveau de la moyenne canadienne en termes de décrochage. Et c’est sans compter les milliers d’autres étudiants qui doivent subir ces Steven-là et qui finissent eux aussi par décrocher. »

D’après les estimés du ministère, cette mesure pourrait amener une baisse importante du décrochage scolaire de l’ordre de 60 à 70% d’ici 15 ans.

Le projet pourrait être étendu à d’autre prénoms comme Steeve (avec deux « e »), Kevin, Sonia et Cindy dès l’automne 2021.

« Ça fait trop longtemps que notre système d’éducation encourage la médiocrité et le nivellement par le bas. On a fini de ramener tous nos élèves au niveau des Steven. »

Jean-François Roberge affirme qu’il espère éventuellement interdire des « noms de futurs candidats solidaires comme Marie-Licorne et Soya-Bio ».

M. Legault a confirmé que son ministre avait son « appui indéfectible » sur le sujet et que la lutte au décrochage scolaire constitue une priorité pour son gouvernement.

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge affirme que les effets de cette loi se feront sentir dès 2022, quand les Steven commenceront graduellement à disparaître des écoles.

Le gouvernement de la CAQ prévoit de passer un projet de loi sur la réglementation des prénoms dès le mois de novembre.

Le ministre Roberge assure que le projet de loi inclura une « clause grand-père » qui permettras aux gens déjà nommés Steven de conserver leur nom.

Il n’exclut pas pour le moment la possibilité d’offrir un crédit d’impôt ou même une compensation financière aux Steven pour qu’ils acceptent de changer de nom.

3 Comments on "Lutte au décrochage scolaire: la CAQ veut interdire le prénom « Steven »"

  1. fuck you

  2. Comment pouvez-vous croire à cette article c’est une fausse nouvelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée