Ruptures de stock à la SQDC: les Hells offrent de « dépanner » le gouvernement

Les difficultés d’approvisionnement de la Société Quécoise du Cannabis auront fini par attirer la pitié de bienfaiteurs inattendus: les Hells Angels.

La société d’État qui affiche déjà des ruptures de stock sur la quasi-totalité de ses produits à peine une semaine après l’ouverture de ses premiers magasins et a annoncé hier que la pénurie de cannabis pourrait forcer la fermeture temporaire de tous les points de vente à travers la province.

Cette situation dramatique aurait « profondément ému » certains membres des Hells Angels qui auraient décidé de piger dans leurs propres réserves de cannabis pour venir en aide à la SQDC.

Des dizaines de membres du club de motards se sont d’ailleurs déplacé ce matin à Montréal pour rencontrer les médias devant les bureaux de la SQDC.

C’est toutefois l’avocat de l’organisation, Maître Robert Langevin, qui a présenté une offre incroyablement généreuse au nom de ses clients.

« Mes clients ne sont clairement pas des trafiquants de drogue, mais ils sont prêts à dépanner la SQDC avec quelques centaines de tonnes venant de leur consommation personnelle. »

Maître Langevin affirme que ce geste humaniste et désintéressé de la part de ses clients est motivé uniquement par leur sentiment de devoir envers les citoyens.

« Ca fait tellement pitié de voir des images rappelant l’Union Soviétique, où des gens font la file pendant des heures devant des magasins vides. Mes clients veulent juste permettre aux poteux de fumer et au gouvernement de sauver la face. »

Une semaine après l’ouverture des premiers points de vente, la SQDC affiche des ruptures de stock pour 24 de ses 34 produits, et certains magasins n’ont plus que 3 produits. Malgré celà, les clients doivent encore attendre des heures pour pouvoir y entrer.

Les Hells Angels ont également profité de ce point de presse pour passer quelques messages à saveur politiques.

Ils ont notamment déploré le fait de ne pas avoir été consulté lors de la mise en place de la SQDC.

L’organisation de motards soutient qu’elle aurait été mieux placée que les compagnies produisant du cannabis médical pour évaluer la demande de cannabis récréatif sur le marché québécois.

7 Comments on "Ruptures de stock à la SQDC: les Hells offrent de « dépanner » le gouvernement"

  1. Louis Vigneault | 25 octobre 2018 at 1:54 | Répondre

    Monsieur Legault veut remettre de l’argent dans les poches des Québécois : est-ce qu’il parle du revenu minimum garantie? Est-ce qu’il parle de remettre de l’argent dans les poches des criminels avec l’âge légale de consommer du cannabis à 21 ans au lieu de 18 ans ce qui contredit tous les observateurs? http://plus.lapresse.ca/screens/4d862c74-3e2d-4f5d-8b76-6f9539d5b938__7C___0.html

  2. Tab….!!!!

    • Hélium Engèle | 25 octobre 2018 at 8:52 |

      Trop drôle le « mes clients ne sont clairement pas des trafiquants de drogue… »! Lolllll Bin non!

  3. lollllllll gang de cave de gouverneux a la gomme !! meme les hells rient de vous bande de cave,, dans les dents trudeau !! connard,,,,

  4. Pourtant a Mirabel y en avait en masse du pot gang de cave y trim pas assez vite ou sa sèche pas vite lolll c en plein ça prenez celui des anges bienfaiteurs loll haha dans les dents

  5. Riccardo Rinaldi | 25 octobre 2018 at 8:27 | Répondre

    Lollll Asti que vous aime vous autre….

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée