Vente de St-Hubert: les premiers restaurants arrivent en Ontario

La vente de la chaine de rôtisseries St-Hubert à un groupe ontarien aura eu des conséquences beaucoup plus rapides que prévues, alors que moins de 24 heures après l’annonce de la transaction, 17 restaurants de la chaîne ont déjà pris la route de l’Ontario dans un impressionnant convoi.

Le président du conseil et chef de la direction de Groupe St-Hubert, Jean-Pierre Léger, a annoncé hier, avoir cédé la totalité de l’entreprise à la société ontarienne Cara, propriétaire de plusieurs chaînes de restaurants dont Chalet Suisse, Harvey’s et East Side Mario, en retour de 537 millions de dollars.

Le groupe ontarien n’aura pas mis de temps pour entreprendre le transfert de l’entreprise vers l’ouest, alors  que 17 succursales de la chaine, dont celles de Cowansville, Magog, Matane, Montmagny, Roberval, St-Georges-de-Beauce, Thetford Mines et Val-d’or, auraient déjà entrepris leur relocalisation vers le nord de l’Ontario, et une trentaine d’autres restaurants devraient quitter la province d’ici lundi.

Le président du conseil et chef de la direction de Cara, Bill Gregson, a justifié le déménagement par la différence de richesse entre les deux provinces.

« Le Québec est la deuxième province la plus pauvre au Canada, » a déclaré M. Gregson aux journalistes. « On a calculé que les mêmes restaurants pourraient rapporter deux fois plus en Ontario. On aurait aimé les garder au Québec, mais on ne peut pas se le permettre financièrement. »

sthubsite

De nombreux chantiers, comme celui-ci situé au centre-ville de la petite communauté rural de Wawa sur les rives du lac Supérieur, sont apparus depuis 24 heures à travers l’Ontario. La préparation pour accueillir les rôtisseries va à un bon train, et les premiers restaurants devraient ouvrir avant la fin du mois d’avril.

Les deux usines de production alimentaire de la chaine, situées à Boisbriand et à Blainville, ainsi que deux centres de distribution à Anjou et à Boisbriand, devraient rester ouverts pendant quelques semaines, le temps que de nouveaux sites soient trouvés pour les accueillir.

Le chef de la direction de Cara assure que les 10 000 employés de St-Hubert se verront offrir des compensations pour déménager en Ontario s’ils désirent conserver leurs emplois, mais n’a pas donné davantage de précision.

De nombreux employés semblaient d’ailleurs consternés d’apprendre la nouvelle du déménagement et se disaient dépassés par la rapidité des événements.

La plupart d’entre eux semblaient cependant catégoriques qu’ils n’iraient pas vivre en Ontario pour conserver leurs emplois.

6 Comments on "Vente de St-Hubert: les premiers restaurants arrivent en Ontario"

  1. Ginette Tremblay | 1 avril 2016 at 1:22 | Répondre

    Son ben mieux de pas toucher à celui de Chicout, parce qui vont voir ce que j’ai à leur dire à eux autres. Tu assez éffronté à ton gout les anglais, c’est nous autre qui l’avont inventé le St-Hubert, pis là que ça marche il nous les vole ah nenon marchera pas de même, pis en plus y vole les restaurants. J’espère encore que les clients ont eu le temps de se sauver, ma foi du bon dieu y vont faire le saut quand y vont finir de souper pis d’ouvrir la porte pis ça parle juste l’anglais. Mais pour que c’est faire encore, tu parceque le St-Hub fait pas du poulet dalal? se poser la question ses d’y répondre, c’est ben sure qu’en Ontario y reste pu de blanc juste des jaunes, des ti-noir pis des turban dalal, je suis pas raciste mais on en veut pas chez nous autre. Pis comment y vont appeler ça en anglais St-Hubert? Ça se traduit même pas en anglais. On voit ben que c’est juste pour nous narguer qui font ça.

    • Ginette Tremblay | 1 avril 2016 at 1:25 |

      Aie encore à deuxième page, y fait tu exprès tu penses le journaliste pour me mettre là, ben sûre Ginette à prend trop de place, on va la mettre à deuxième page pis personne va lire. Ca se passera de même, attendez vous à une plainte de ma part.

  2. Ha bin tabarnak! J’le savais!

  3. Ben quand je visitais de la famille au Québec mon restaurant préféré était St-hubert
    je suis bien contente que sa reste au Canada ces restaurants jaimerais bien en avoir un a Timmins au Nord de Ontario quand je visite mes trois filles

  4. Sylvain Breton | 1 avril 2016 at 4:05 | Répondre

    Révoltant! Notre patrimoine québécois qui part sur des remorques en Ontario, le Québec est à vendre depuis que les pouris du parti libéral ont pris les commandes !

  5. Un gros poisson d’Avril !!!

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée